Revue de presse #1 : alimentation, nutrition et santé [Novembre]

Revue de presse #1 : alimentation, nutrition et santé [Novembre]

Revue de presse sur la nutrition, l’alimentation ou le bien-être dans le monde Retrouvez ici le premier volet d’une nouvelle catégorie du blog Marcel à Table, quelques coupures de presse Internet sur des sujets qui devraient sensibiliser le plus grand nombre et notamment tous les amateurs du bien manger, de l’art culinaire, de la santé et du bien-être, de l’écologie, de l’alimentation bio, du combat de la famine dans le monde et de tout ce qui peut rendre l’Humain et la planète plus consciente – et plus heureuse ! Initiatives pour améliorer la nutrition au Burkina Faso « Un tiers des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique au Burkina Faso. De l’avis du ministère burkinabè de la Santé, cela n’est pas dû à un manque de nourriture, mais plutôt à la qualité de la nutrition. Ce qui a conduit un groupe de femmes de Bougounam, dans le nord du Faso, à élaborer un cours de cuisine et de nutrition pour les femmes du village. » Source lavoixdelamerique.com, édition du 6 Novembre 2013. La première cantine certifiée bio est en Dordogne « Dans le village de Marsaneix, les repas servis aux enfants sont 100% bio et certifiés par le label Ecocert. Le fruit d’années d’efforts de la part du chef cuisinier de la cantine. » Source francetvinfo.fr édition du 7 Novembre 2013.   Le Programme national nutrition santé, ça marche contre le syndrome métabolique « Cinq fruits et légumes, du pain complet, une demi-heure de marche rapide… Le respect des consignes du PNNS (Programme national nutrition santé) diminue le risque de syndrome métabolique, donc de maladies cardiovasculaires. Un lien confirmé par l’Inserm. » Source édition santemagazine.fr du 6 Novembre 2013. La nutrition, enjeu d’un bon vieillissement « À partir de 65 ans, l’obésité et la maigreur aggravent le risque de perte d’autonomie. On parle peu de l’obésité et de la maigreur quand elles touchent des personnes de plus de 75 ans. À cet âge, et même bien avant selon les gériatres, se situer à un extrême de la courbe du poids prédispose pourtant à un vieillissement en mauvaise santé. Les résultats d’une enquête nationale que vient de publier le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) montrent bien le lien entre obésité ou maigreur et perte d’autonomie. «Pour se donner le maximum de chances de bien vieillir, l’idéal est de maintenir son indice de masse corporelle* dans la fourchette centrale (c’est-à-dire entre 22 et 25) et d’éviter les variations de poids», souligne le Pr Monique Ferry, chercheur à l’Inserm et chargée de la nutrition auprès du conseil scientifique de la Société française de gériatrie. » Source sante.lefigaro.fr édition du 4 Novembre 2013. Les femmes vivraient plus longtemps et mieux grâce au régime méditerranéen « Une étude américaine de grande...

Lire…

Quand le vin prend un coup dans l’aile

Quand le vin prend un coup dans l’aile

Mettre de l’eau dans son vin ? C’est bientôt les fêtes de fin d’année et les repas auprès des familles ou entre amis risquent fortement de nous confronter à la découverte au travers de repas réalisés pour l’occasion. Même si les plats traditionnels restent la base des repas de fêtes, nombreux gourmands n’hésitent pas à faire preuve d’inventivité et de créativité pour réjouir les papilles des petits et des grands. A ces occasions, c’est aussi le moment de trouver les boissons qui vont accompagner les mets délicieux de nos tables. Que ce soit pour l’apéritif, l’entrée, le plat principal, le dessert ou le digestif, les boissons alcoolisées et non alcoolisées coifferont nos tables. Parmi les boissons clefs des moments de fêtes en France, le vin est à l’honneur. Dégusté depuis l’Antiquité, le vin a évolué jusqu’à devenir un produit de luxe reconnu dans le monde entier. Seulement, notre vin national risque de prendre bientôt un coup dans l’aile et dans la cuisse. En effet, plusieurs réformes sont annoncées et vont enrayer ce produit national. Toute la filière viti-vinicole est dans la tourmente et prépare déjà les armes pour battre la campagne contre certains points de ce lot de réformes. L’alcool n’est pas une boisson comme les autres et ne se consomme pas sans prendre en compte les bons principes. Consommé avec modération, le vin pourrait même ne pas être si mauvais pour la santé, comme le soulignent de nombreux chercheurs dans différentes études (contre la dépression dans la revue BMC Medicine ; contre les maladies cardiovasculaires dans la revue The Journal of Nutrition). Aussi, le vin est une part du patrimoine et de l’économie française. Seulement, toute la filière du vin risque de prendre un sérieux coup, si les 5 mesures annoncées par le Gouvernement s’appliquent à la lettre en 2014, comme l’indique le site de soutien aux acteurs de la vignes et du vin : http://www.cequivavraimentsaoulerlesfrancais.fr « On s’apprête, en France, à lutter contre le vin et non plus seulement contre la consommation excessive d’alcool. Désormais assimilé à une drogue, le vin serait jugé nocif dès le 1er verre. Ce site présente les mesures envisagées, ou déjà annoncées, et leurs conséquences. Pour que les français se fassent leur opinion, comprennent notre inquiétude et rejoignent notre mobilisation. ». Dans cette inquiétude généralisée, et même si « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé », souhaitons qu’un terrain d’entente propice à tous soit trouvé, et que chacun mette un peu d’eau dans son vin pour ne pas détruire l’image d’un produit intimement lié à l’histoire et à l’image de la France dans le monde (le vin est la deuxième activité exportatrice de la France). Sources « Guerre du vin : pourquoi les vignerons ne désarment pas »,...

Lire…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer